Ton budget : par quoi commencer ?

budget épargner désirer

Ton budget : par quoi commencer ?

budget épargner désirer

Ton budget : par quoi commencer ?

budget épargner désirer

Quand une personne commence à regarder le sujet de l’argent de près et à prendre en main sa relation à l’argent pour faire bouger sa réalité, la question qu’elle me pose le plus  souvent (et le plus rapidement !), c’est “ Mais Fabienne, par quoi commencer pour reprendre la main sur mon budget ?”

Ma réponse est inlassablement la même : on commence par la base de la base.

Gérer son argent ! 
Savoir ce que tu dépenses.

Oui, oui, gérer son argent, ça veut dire faire ses comptes ! 

Il n’y a pas d’autres alternatives (ni de méthode révolutionnaire, comme on essaie parfois de te le faire croire). 

Mais aux dernières nouvelles, tu n’apprends pas à faire du vélo sans monter dessus. C’est pareil pour changer ta relation à l’argent : tu ne la transformes pas sans te confronter à l’aspect très concret : faire ses comptes !

Tu seras peut-être étonnée d’apprendre que beaucoup, (beaucoup) de personnes ne font pas leurs comptes (même si une partie d’entre elles sont persuadées de le faire). 

Non, faire tes comptes, ce n’est pas suivre ton solde bancaire sur ton application. Ça, c’est une action passive. D’ailleurs on dit bien “suivre ses comptes”, comme si c’était eux qui menaient la barque…!

Quand je dis “gérer son argent et faire ses comptes”, je parle de regarder la réalité des chiffres et de tes dépenses pour prendre conscience d’où va ton argent et petit à petit réaliser que c’est bien TOI qui lui dit “où aller” ! 
Sur ce sujet, tu peux lire ici l’article “Où va mon argent ?

La façon dont tu dépenses ton argent te donne des informations factuelles sur tes priorités. Ça te permet de vérifier si ton argent reflète réellement tes priorités de vie et ce qui est important pour toi. Tu peux alors choisir différemment ou non, mais en conscience ! 

Est-ce que ton abonnement à la salle de sport dans laquelle tu n’as pas mis les pieds depuis 8 mois est vraiment une dépense soutenante pour toi ? Est-ce que cette somme ne serait pas mieux utilisée pour profiter d’un bon restaurant avec tes copines une fois par mois ?

Faire ses comptes, c’est un moyen de vivre une vie au plus proche de tes désirs

C’est ce qui te permet d’affecter l’argent sur ce qui est important pour toi, en fonction de tes valeurs, tes besoins, tes projets. Ce n’est pas une activité épanouissante “en soi”, ou dans laquelle tu vas exprimer le meilleur de toi-même (encore que !). Ce que je peux te dire avec certitude, c’est que j’ai personnellement constaté les effets sur ma vie et faire mes comptes est devenu une des clés de mon bien-être, depuis de nombreuses années maintenant. C’est une routine soutenante, que je réalise avec une neutralité optimiste et avec le plaisir de “prendre soin” de ma vie très concrètement.

Pourtant, je peux te dire que je détestais l’idée de faire mes comptes !

Au point d’avoir une envie irrésistible de m’attaquer à un grand ménage au moment où j’ouvrais ma feuille de calcul… C’est normal, c’est un des endroits clés où se manifeste notre relation à l’argent : nos croyances, pensées, fonctionnements en lien avec l’argent, ce qu’on en pense inconsciemment, ce qui, finalement, nous fait agir. Ou bien justement, pour ce cas précis, éviter d’agir !

Par quoi commencer ? Mon retour d’expérience

J’avais déjà “réussi” à faire mes comptes pendant plusieurs semaines et presque mois, puis laissé ça de côté, avec l’impression que “c’est bon, j’ai compris…”.
Et puis un jour, ma vie m’a fait une alerte “de trop” : fin des allocations chômage, fin de pension alimentaire pour cause de départ de ma fille de la maison et fin de la scolarité pour mon garçon. Pourtant, j’avais toujours le même “train de vie” à soutenir et une activité professionnelle toute neuve qui peinait à prendre son essor.
L’histoire du cordonnier mal chaussé ?!

Quoi qu’il en soit, je me suis remise à mon tableau de pilotage, et cette fois, pas seulement de façon scolaire (je fais mes comptes = j’inscris mes dépenses dans une feuille de calcul), mais de façon à conscientiser au mieux ce que je fais, à en tirer des analyses, à chercher des solutions.

En quelques JOURS, j’ai constaté le changement :

  1. Au lieu de mettre la tête dans le sable, j’agis, je prends mes responsabilités > gros changement de posture, le dos qui se relève 😉
  2. Les premières économies possibles apparaissent rapidement, de quoi diminuer le budget mensuel de 20%.
  3. J’avais un investissement en location saisonnière et l’été arrivait, avec ses promesses de rentrées supérieures aux dépenses : regarder de plus près m’a permis de relativiser l’urgence et de comprendre l’importance de différencier la trésorerie (ce qu’il y a sur le compte) et le flux (ce qui entre et sort du compte). En fait, je n’avais pas de souci de trésorerie pour quelques mois, mais une solution à trouver pour générer dès l’automne un flux plus important et équilibrer encaissements et décaissements.
  4. La plus grosse partie du budget part dans le logement, une grande maison et les charges qui vont avec. Au fait, il y a une grande chambre qui s’est libérée là ! Et si je proposais à mon amie parisienne, qui vient régulièrement l’été “garder” la maison, de venir s’installer à Marseille, ici ? C’était le début d’une des plus belles expériences de coloc de ma vie 🙂
  5. Un gros poste du budget logement : le chauffage (des “grille-pain” électriques) avec des prélèvements répartis sur l’année. J’opte pour le prélèvement sur consommation réelle et je négocie avec mon propriétaire l’installation d’un poêle à bois. Et il accepte 🙂 : 20% de baisse sur la conso d’électricité à l’année…

Après seulement quelques semaines, je suis passée de “je ne vais pas m’en sortir” à “c’est bon, j’ai le temps de voir venir, je peux focaliser mon énergie sur le développement de mon activité”. Et cerise sur le gâteau, une fois ce gros flip lié à la peur de manquer raisonné, j’ai eu de nouveaux clients…

Ce que j’ai appris :

  • Faire mes comptes, ce n’est pas seulement “vérifier que la banque fait bien son travail” en alignant mes dépenses sur un tableau excel, c’est avant tout apprendre à gérer,
  • Faire mes comptes, c’est un moyen pour reprendre mes responsabilités sur ma vie. Comme passer l’aspirateur c’est un moyen pour dépoussiérer les sols. Si je confonds le moyen et le résultat à atteindre, 10 minutes d’aspirateur au milieu du tapis ne servent pas à grand chose, pourtant je peux dire que j’ai “passé l’aspirateur”. Faire ses comptes, même tous les jours, ça ne sert à rien tant que ce n’est pas relié à un vrai résultat à atteindre, un désir de gérer et de s’en donner les moyens.
  • Pour gérer, il est nécessaire d’avoir un objectif : la gestion, c’est l’affectation des ressources disponibles en vue d’atteindre le résultat défini. Une fois que je sais ce que je veux obtenir, je peux analyser et définir des priorités – ici, c’était “ne pas déménager dans l’urgence et tenir le coup face aux diminutions de ressources”.
  • Une fois que je passe à la gestion, avec un résultat à atteindre, je peux établir des priorités, affiner mes analyses et trouver des solutions.

Pour aller plus loin, tu peux regarder ici les “4 premiers pas pour enfin sortir de la galère financière” par Christian Junod.

À toi maintenant : Tu peux partager ici ton expérience ? Par quoi as-tu commencé ? Quels résultats ?

Manifest Anti Coaching Financier 3.jpg
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ressources
droits d'auteurs
Ressources
Fabienne Dupuij

Un point sur les droits d’auteur ?

Sur le programme, vous êtes metteur en scène, compositeur, réalisateur vidéo… et vous serez rémunéré avec un salaire qui ouvre les droits à des allocations chômage ? Oui, mais… il faut tout de même distinguer plusieurs “casquettes” : celle de la conception,

Coaching professionnel et personnel
Actualités
Fabienne Dupuij

Ressourcez vous : quelques liens ;-)

Vous l’aurez compris, il s’agit de prendre soin de la personne la plus importante pour vous, vous même. Ressourcez-vous !

anti peur de manquer
Actualités
Fabienne Dupuij

Le remède anti “peur de manquer”

La peur de manquer c’est d’abord une émotion qui te parle de ta vision du monde, et tu peux découvrir l’antidote dans ton quotidien

tu veux t'abonner ?

Inscris toi aux Billets doux, la newsletter pour les humains qui changent de regard sur l’argent pour prendre soin d’eux… et du vivant !

En bonus : l’accès aux Cafés Fric en ligne, et le Parcours Initiation pour 39€ au lieu de 69€