“J’aimerais épargner !”

aimerais épargner

“J’aimerais épargner !”

aimerais épargner

“J’aimerais épargner !”

aimerais épargner

Parfois, une séance de coaching est plus parlante qu’un article pour partager des pépites,
et Chloé m’a proposé d’enregistrer sa séance au sujet de ses questionnements sur l’épargne.

La question de Chloé :

“Je suis entrepreneure, j’ai besoin d’investir sur moi, en formation, en coaching, j’ai besoin aussi de me rémunérer et j’aimerais épargner : quelles clés de répartition pour ces budgets ? Quelle stratégie je mets en place ?”

Une séance courte de coaching sur un sujet précis, je te laisse découvrir avec quoi elle est “repartie” en fin de séance.

"J'aimerais épargner"

Un peu d'éducation financière ?
Épargner

L’épargne est nécessaire dans notre système monétaire.
Et, depuis que les humains cultivent, ils gardent 10% de leurs récoltes pour ensemencer leurs champs l’année suivante. (Bon, aujourd’hui, ils n’ont plus le droit, ils rachètent des semences stériles, mais l’idée de base c’était ça).
Aujourd’hui, épargner c’est aussi la meilleure façon de tranquilliser la peur de manquer.

Avant d’aller plus loin, le plus important à comprendre, c’est que pour épargner, il faut en premier lieu avoir une marge de manoeuvre, c’est à dire dépenser moins que ce que tu gagnes.

RESSOURCES – DÉPENSES = MARGE DE MANOEUVRE

C’est la première décision à prendre si tu veux épargner : augmenter ta marge de manoeuvre.

Et pour ça, il faut avoir de la clarté sur la destination de cette épargne. Dépenser moins pour le cas où, ça n’a pas beaucoup de goût, à côté de augmenter ta marge de manoeuvre pour concrétiser ton beau projet.

Une fois que tu as déterminé le montant que tu veux épargner pour mener à bien tes projets (la destination de ton épargne), tu prévois un virement de ton compte vers le compte épargne dès que tu reçois ton argent. Au début du mois, en fait. Pour concrétiser la priorité que tu donnes à tes projets.

Ma recommandation : dès que possible, mettre en place une épargne (par virements réguliers, ou en conservant les sommes “inattendues”) sur un livret, jusqu’à avoir deux ou 3, ou 6 mois de “sécurité”. Le nombre de mois dépend de la négociation que tu fais avec ton cerveau reptilien (c’est celui qui a peur de manquer, il est animal, insensible aux raisonnements et aux mantras d’abondance). Ce compte, cest le “compte du crocodile” 

Un mois de sécurité, c’est 1 MOIS de budget mensuel vital de dépenses.

Tu sais que tu peux l’utiliser si tout à coup tu as besoin d’arrêter de travailler (parce que tu pars faire un treck en Asie, ou parce que tu veux écrire ton bouquin, ou parce que tu t’es cassé une jambe).
Si tu l’utilises, tes premiers efforts d’épargne ensuite seront pour le renflouer de nouveau.

Lorsque ce compte du crocodile est bien intégré à ton écosystème financier, tu te retrouves avec une solidité renforcée pour prendre tes décisions financières.
Ce compte est à distinguer des comptes épargne que tu destines à tes projets.

Ma recommandation ici aussi est de donner une destination CLAIRE à l’argent épargné.

Donc, de garder ce compte crocodile uniquement dans ce but là.

Sur un 2ème compte d’épargne, tu peux mettre la réserve pour les dépenses imprévues (mais prévisibles, du genre remplacement de chaudière ou réparation de voiture), afin de ne jamais avoir besoin de crédit pour ça.

Sur un 3ème compte tu peux épargner en vue d’un projet (voyage à Madagascar, achat du four à céramique et de la formation qui va avec !).

Par ailleurs, si ton but c’est d’avoir de l’argent disponible mais “à l’abri” des mouvements de ton compte courant, il s’agit bien d’épargne, ce qui est un peu différent d’un investissement. Sur la majorité des livrets d’épargne, le rendement est très faible (tu peux trouver ici sur MoneyVox un comparatif des livrets avec leur rendement, plafond de dépôt, etc).

En gros, lorsque l’argent doit être “en sécurité”, géré par quelqu’un auquel tu délègues cette responsabilité, et disponible, tu tombes sur les livrets avec une très faible rémunération.

En revanche, si tu souhaites que l’argent soit rémunéré, on parle alors d’investissement. Il y aura un risque supplémentaire, ou bien un “blocage” de l’argent pour un certain temps, ou bien une part d’apprentissage pour toi (pour choisir le bon support). Moyennant quoi, ce sera davantage rémunéré.

Du coup, je t’invite à bien regarder la différence entre l’épargne et l’investissement. C’est à dessein que les “produits” bancaires entretiennent le flou entre les deux termes. S’il y a davantage de rémunération, c’est qu’il y a davantage de risque, point barre. Donc ça diminue le côté rassurant pour ton cerveau reptilien.

Pour aller plus loin sur le sujet de l’épargne : “Faire des économies VS vivre au jour le jour”

ou cet article : Épargner, c’est désirer

Tu veux commencer en toute autonomie ? Découvre les outils de l'École de l'Argent
Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités, Ressources
bernard lietaer
Ressources
Fabienne Dupuij

“Au coeur de la monnaie” de Bernard Lietaer

Bernard Lietaer, avec ce livre, m’a fait prendre conscience des aspects systémique, collectif et civilisationnel de la relation à l’argent : une bombe !

pouvoir d'achat Le blog de l'Ecole de l'Argent, Crée de la valeur avec tes valeurs - pouvoir d'achat
Manifeste
Fabienne Dupuij

Augmenter ton pouvoir d’achat ?

augmenter ton pouvoir d’achat ou augmenter ton pouvoir tout court ?
question de grille de lecture !

tu veux t'abonner ?

Inscris toi aux Billets doux, la newsletter pour les humains qui changent de regard sur l’argent pour prendre soin d’eux… et du vivant !

En bonus : l’accès aux Cafés Fric en ligne, et le Parcours Initiation pour 39€ au lieu de 69€