Quelle est ta valeur ?

ta valeur - valoriser

Quelle est ta valeur ?

ta valeur - valoriser

Quelle est ta valeur ?

ta valeur - valoriser

Deux histoires pour parler de ta valeur

Avant de revenir sur la notion de valeur dans un autre article, j’ai regroupé ici deux versions de la même histoire pour rappeler que la notion de valeur est… très subjective !

Nous avons pris l’habitude de ne parler qu’en termes de prix, or un prix, c’est “fixe”, c’est le même pour tout le monde, et même si c’est négociable (à la marge), ça fait bien longtemps que le prix est totalement décorrélé de ce qui permettait de calculer la valeur : coût de revient, valeur d’usage, rareté, etc. 

Ma proposition : mets à distance la grille de lecture “prix” et entre dans l’appréciation de “la valeur”

Oscar Wilde : « les gens connaissent le prix de tout et la valeur de rien »

Ne reste jamais dans un endroit où personne ne voit ta valeur

Un père dit à sa fille :
«tu as obtenu ton diplôme avec les honneurs, pour te féliciter, je t’offre cette voiture que j’ai achetée il y a de nombreuses années. Elle est vieille maintenant !
Avant de te la donner, je te propose de l’apporter au concessionnaire de voitures d’occasion du centre-ville et de leur demander combien ils nous en proposent.»
 
La fille se rend donc chez le concessionnaire de voitures d’occasion, et revient vers son père avec leur réponse : «Ils m’en ont offert 1 000 € parce que elle a l’air assez usée.»
 
Son père lui propose :  “Maintenant apporte-la au prêteur sur gages.” 
Elle se rend alors chez le prêteur sur gages, et revient vers son père avec sa réponse : «Il ne m’en a offert que 100 € parce que c’est vraiment une vieille voiture.»
 
Le père demande alors à sa fille d’aller dans un club automobile et de leur montrer la voiture.
 
Lorsqu’elle revient, elle dit alors à son père : «Certaines personnes du club m’ont offert
100 000 € parce que «c’est une voiture emblématique recherchée par de nombreux collectionneurs».
 
Le père dit alors ceci à sa fille :
 
“Le bon environnement te valorise de la bonne manière”
Si tu n’es pas valorisée, ne te fâche pas, cela signifie simplement que tu es au mauvais endroit.
 
Ceux qui connaissent ta valeur sont ceux qui t’apprécient
 
Ne reste jamais dans un endroit où personne ne voit ta valeur.
“Le bon environnement te valorise de la bonne manière”

La vraie valeur de la bague

la vraie valeur

Un jour, un jeune disciple zen alla trouver son maître.

« Je viens vous voir maître, parce que j’ai l’impression d’avoir si peu d’importance que cela m’ôte toute envie de faire quoi que ce soit. Tout le monde me dit que je suis un bon à rien, que je suis maladroit et stupide. Comment puis-je m’améliorer? Comment m’y prendre pour être mieux considéré ? »

Le maître, sans le regarder lui dit : « Je suis vraiment désolé mon garçon. Je ne peux t’aider, car je dois d’abord résoudre un problème personnel. Peut-être plus tard… »

Après une pause, il ajouta :

« Si tu voulais m’aider, toi, je résoudrais ce problème plus vite, et, ensuite, peut-être pourrais-je te venir en aide…

– Euh… j’en serai ravi, maître, bredouilla le jeune homme en ayant de nouveau le sentiment qu’on ne lui accordait que peu d’importance et qu’on remettait ses propres besoins à plus tard.

– Bien, poursuivit le maître. Il retira une bague qu’il portait au petit doigt de la main gauche et, la donnant au jeune homme, il ajouta :

– « Prends le cheval qui est dehors et va jusqu’au marché. Je dois vendre cette bague pour rembourser une dette. Il te faut en obtenir la plus grosse somme possible et, de toute façon, pas moins d’une pièce d’or. Va-t’en et reviens avec cette pièce aussi vite que tu pourras. »

Le garçon prit la bague, et s’en fut. Aussitôt arrivé sur le marché, il se mit en devoir de la proposer aux marchands ; ceux-ci la regardaient avec intérêt, jusqu’à ce qu’il annonce le prix qu’il en demandait.

Dès qu’il mentionnait la pièce d’or, certains ricanaient, d’autres détournaient la tête… seul un vieillard fut assez aimable pour prendre la peine de lui expliquer qu’une pièce d’or était à ses yeux bien trop précieuse pour l’échanger contre cette bague. Désirant lui venir en aide, quelqu’un alla jusqu’à lui en offrir une pièce d’argent, et ajouta même un récipient en cuivre, mais le garçon avait des ordres stricts : ne pouvant accepter moins d’une pièce d’or, il rejeta l’offre.

Abattu par son échec, après avoir vainement proposé le bijou à toutes les personnes qu’il avait croisées sur le marché – au moins une centaine – il se résolut à enfourcher le cheval et prit le chemin du retour.

Ses pensées étaient amères. Comme il aurait aimé avoir une pièce d’or à donner au maître pour le soulager de ses soucis et recevoir son conseil ainsi que son aide !

Il revint donc chez celui-ci.

« Maître, dit-il, je regrette. Il est impossible d’obtenir ce que tu demandes. Peut-être aurai-je pu échanger la bague contre deux ou trois pièces d’argent, mais je ne voudrais tromper personne sur la valeur véritable.

– Tu viens de dire une chose très importante, mon jeune ami, répondit le maître en souriant. Il nous faut d’abord connaître la véritable valeur de cette bague. Reprends le cheval et rends-toi chez le bijoutier. Qui mieux que lui peut l’estimer, en effet ? Dis-lui que tu voudrais la vendre et demande lui combien il t’en donnerait. Mais surtout, quoi qu’il te propose, ne la lui vends pas. Reviens plutôt ici avec ma bague pour me dire ce qu’il en est. »

Le jeune homme entreprit donc une nouvelle chevauchée pour se rendre chez ce bijoutier.

Celui-ci examina attentivement la bague à la lumière d’une lampe à huile, puis il la regarda avec sa loupe, la soupesa et finit par dire :

« Mon garçon, dis au maître que, s’il veut vendre sa bague tout de suite, je ne peux lui en donner plus de cinquante-huit pièces d’or.

– Cinquante-huit pièces d’or ! s’exclama le jeune homme.

– Oui, répliqua le bijoutier. Je sais qu’avec du temps, on pourrait sans doute en obtenir plus de soixante-dix, mais si la vente est pressée… »

Tout ému, le garçon courut chez le maître pour lui raconter l’histoire.

« Assieds-toi, lui dit celui-ci après l’avoir écouté.

Cette bague est un bijou précieux, unique. En tant que tel, seul peut l’estimer un véritable expert. Pourquoi exiger du premier venu qu’il découvre sa vraie valeur ?

Toi-même, tu es comme cette bague ».

Après avoir prononcé ces paroles, il remit la bague au petit doigt de sa main gauche, et retourna tranquillement à ses affaires.

Conte de l’écrivain argentin Jorge Bucay,
Ecole Argent Coaching 51.jpg
Partager
Partager sur facebook
Partager sur linkedin
Partager sur twitter
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Actualités, Parlons d'argent
Parlons d'argent
Fabienne Dupuij

Construire son budget – avec Marina, l’Accro du Budget

Vous connaissez Marina et son blog génial “l’Accro du Budget” ? Je suis tombée dessus en faisant des recherches et j’ai adoré le ton de ses articles, la justesse de ses conseils et sa façon ludique ET pro de nous

souveraineté
Actualités
Fabienne Dupuij

Gagner en souveraineté

Changer de regard, déconstruire les idées reçues, détrôner l’argent roi pour revenir à l’humain : un autre chemin est possible, une vraie souveraineté.

Actualités
Fabienne Dupuij

Etre riche ou avoir de l’argent ?

être riche vs avoir de l’argent ? “Avoir, faire et être sont les catégories cardinales de la réalité humaine” Sartre – l’être et le néant J’ai un grand garçon (18 ans), dont l’ambition affichée et proclamée était de “gagner de

Newsletter
Le site de l'Ecole de l'Argent utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation.
ACCEPTER
REFUSER
Privacy Policy